rsteiner

Rudolf Steiner 

Né le 27 février 1861 à Kraljevec (Croatie)

Décédé le 30 mars 1925 à Dornach (Suisse)

 Repères biographiques

76 ans après sa mort, Rudolf Steiner reste une des personnalités les plus fécondes, mais aussi les plus discutées du XX' siècle. C'est sans doute que son oeuvre heurte encore beaucoup de conservatisme et d'habitudes mentales. Sur la base d'une science de l'esprit, il a donné vie à un mouvement de rénovation pédagogique, médical, social, artistique et agricole qui, depuis, s'est développé dans le monde entier. Dans un siècle qui fut marqué par un matérialisme réducteur dont on constate aujourd'hui tous les effets dévastateurs, il a ouvert la voie à une approche nouvelle, globale, de la vie, de l'âme et de l'esprit, en replaçant l'humain - et donc la liberté et l'amour - au centre de la conscience. À l'aube de ce nouveau siècle, alors que l'humanité cherche à élargir sa compréhension à d'autres dimensions de la réalité, l'oeuvre de ce pionnier, qui fut avant tout un décrypteur de phénomènes et un génial praticien, peut apporter une aide infiniment précieuse. Elle montre que la démarche scientifique a encore un bel avenir devant elle, pour peu qu'elle sache s'ouvrir aussi à l'aspect caché des choses.

Raymond. Burlotte - Extrait du catalogue 2000/2001 des Éditions Triades

 

"Ma rencontre avec Rudolf Steiner m'a immédiatement ammené à m'intéresser à lui et à rester conscient de ce qu'il représente. Nous sentions tous deux la même obligation de mener l'homme à nouveau vers une culture intérieure vraie. Je me suis réjouis des réalisations que sa grande personnalité et sa profonde humanité ont apportées dans le monde."

Albert Schweitzer

 

Repères biographiques

 

1861 :    25 février. Rudolf Steiner naît à Kraljevec (Hongrie, aujourd'hui Croatie)

1872 :    Entrée au collège moderne de Wiener-Neustadt.

1877 :    Premier contact avec la pensée de Kant.

1879 :    Baccalauréat avec félicitations.

Étudiant à l'École supérieure technique de Vienne (École d’ingénieurs).

Rencontre Karl Julius Schröer (1825 – 1900).

Suit également des cours à l'Université : philosophie, histoire, droit …

1882 :    Schröer propose Steiner comme éditeur des œuvres scientifiques de Goethe.

Met fin à ses études supérieures.

1884:     Devient précepteur des enfants de Ladislaus et Pauline Specht, et se consacre particulièrement au petit Otto ‘(Enfant souffrant d’hydrocéphalie) qui devint médecin.

Début de sa correspondance avec Eduard von Hartmann.

1886 :    Rencontre Marie Eugenie delle Grazie (1864 – 1931) et les théologiens de son entourage.

Accepte de collaborer à l'édition des œuvres scientifiques de Goethe dans la grande édition de Weimar.

Publie ses Traits fondamentaux d'une épistémologie de la vision goethéenne du monde.

1888:     Rédacteur de l'« Hebdomadaire allemand» (Deutsche Wochenschrift).

1889:     Se met à lire Nietzsche, et fait au Conte de Goethe une place centrale dans sa vie intérieure.

1890:     Arrive à Weimar. Découvre bientôt les contraintes du travail aux Archives, mais aussi des artistes et écrivains (Bernhard Stavenhagen, Gabriele Reuter, Otto Erich Hardeben,...) ou personnalités telles qu’Ernst Haeckel, Herman Grimm.

Rencontre avec Rosa Mayreder, avec laquelle il entretiendra une longue correspondance.

1891 :    Soutient à Rostock sa thèse de doctorat en philosophie. « La question fondamentale de la théorie de la connaissance, compte tenu de la Doctrine de la science de Fichte. »

1892 :    Publie sa thèse sous le titre « Vérité et science » et le sous-titre « Prélude à une philosophie de la liberté. »

Loge chez la famille Eunike. Assiste Anna Eunike, qui est veuve, dans l'éducation de ses cinq enfants et qui sera plus tard sa première épouse.

1893 :    Parution de La philosophie de la liberté

1894 :    Intensification du travail sur Nietzsche.

Relations avec Elisabeth Fôrster-Nietzsche et les Archives Nietzsche à Naumburg.

1895 :    Parution de « Nietzsche, un homme en lutte contre son temps ».

1896 :    Termine les travaux pour l'édition de Weimar aussi bien que pour la collection Kürschner ; dresse son propre bilan dans La vision du monde de Goethe qui paraît en juin 1897.

1897 :    Prend en charge avec Otto-Erich Hartleben la rédaction du Magazin fur Litteratur .

Début d'une participation intense à la vie littéraire, théâtrale, intellectuelle dans les milieux non-conformistes ; elle diminuera à partir de 1902.

1899 :    Premier cours à l'École de formation ouvrière de Wilhelm Liebknecht, où Steiner sera de plus en plus apprécié par les ouvriers. Il parle devant des centaines d’ouvriers des usines Bosch, Delmonte et Daimler.

1901:     Rencontre avec Marie von Sivers.

1902:     Accepte d'entrer dans la Société théosophique, dont il rencontre les responsables à Londres en juillet, parmi lesquels Annie Besant.

Fondation de la Section allemande de la Société théosophique. Steiner, secrétaire général, s'est assuré la collaboration de Marie von Sivers.

Première rencontre avec Ita Wegman .

1903 :    Parution de la revue Luzifer, à partir de 1904: Lucifer-Gnosis (jusqu'en 1908).

1904 :    Première édition de « La théosophie – Introduction à la connaissance suprasensible du monde et à la destination suprasensible de l’homme ».

1907 :    Parution de la brochure « L’éducation de l’enfant à la lumière de la science de l’esprit »

1909 :    Première édition sous forme de livre de « L’initiation – Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs »

Met fin à son activité à l'École de formation ouvrière.

Étend ses conférences à de nombreuses villes d'Allemagne et à d'autres pays (Paris, 1906 ; la Scandinavie, les Pays-Bas, 1908 ; Rome et Budapest, 1909).

1910-1913 : Parution de La science de l'occulte dans ses grandes lignes (1910).

Quatre congrès d'été : représentations progressives des quatre Drames Mystères.

Naissance de l'impulsion artistique architecturale (premières réalisations à Malsch près de Karlsruhe — 1910 — et Stuttgart —1911 et projet d'« édifice central » à Munich

Naissance de l'eurythmie (1912).

1911 :    Conflit avec Annie Besant à propos de l'affaire Krishnamurti.

1912 :    Parution du « Calendrier de l’âme »

1913 :    Dissolution de la section allemande de la Société Théosophique

Assemblée constitutive de la Société anthroposophique, dans laquelle Steiner n'exerce aucune fonction administrative.

Pose de la première pierre, à Dornach près de Bâle, du premier Goethéanum.

1914 :    Steiner épouse Marie von Sivers.

1917 :    Le trimembrement ‘(Driegliederung) de l'organisme social, voie d'une guérison possible pour l'Allemagne et pour l'Europe : les Mémorandums remis à de hauts responsables à Berlin et à Vienne restent sans écho.

Première formulation du trimembrement physiologique et psychologique de l’être humain : « Des énigmes de l’âme ».

1919 :    Fondation de la première école Waldorf à Stuttgart pour les enfants des ouvriers de l’usine Waldorf-Astoria, à la demande de son directeur Emil Molt.

1920-1921: Nombreux cours et congrès, en Allemagne, Suisse, Angleterre, pour médecins, enseignants, scientifiques, ainsi qu'aux futurs prêtres de la Communauté des chrétiens.

1922 :    Congrès Ouest-Est à Vienne qui présente les potentialités scientifiques, artistiques, sociales de l'anthroposophie.

Fondation de la Communauté des chrétiens par des jeunes théologiens, avec les conseils et l'aide de Steiner.

Cours de formation pédagogique pour les jeunes.

Dans la nuit de la Saint-Sylvestre 1922 - 1923, le Goethéanum est détruit par un incendie criminel.

1923      Congrès de fondation de la Société anthroposophique universelle, le 24 décembre.

1924      Steiner achève la maquette du second Goethéanum.

Koberwitz : naissance de l'agriculture d'orientation anthroposophique (« bio-dynamie »).

Visite à l'institut psychopédagogique du Lauenstein près d'Iéna : naissance de la pédagogie curative d'orientation anthroposophique.

Steiner déploie une activité intense (jusqu'à 4, voire 5 conférences dans une journée).

28 septembre. « Dernière allocution » aux membres de la Société anthroposophique.

Steiner s'alite dans son atelier, qu'il ne quittera plus avant sa mort.

30 mars 1925 Décès de Steiner vers dix heures du matin.

 

Informations supplémentaires